• Chiffre d’affaires ajusté en hausse de +12,1 % à 1 842,3 millions d’euros
  • Croissance du chiffre d’affaires organique ajusté en hausse de +5,2 %, avec un 2ème trimestre en hausse de +5,1 %
  • Marge opérationnelle ajustée de 306,4 millions d’euros, en hausse de +29,4 %
  • Résultat d’exploitation ajusté, avant charges de dépréciation, de 136,1 millions d’euros, en hausse de +58,6 %
  • Résultat net part du Groupe de 96,0 millions d’euros, en hausse de +86,8 %
  • Cash-flow disponible ajusté de -7,8 millions d’euros, en baisse de -120,3 %
  • Chiffre d’affaires organique ajusté attendu stable au 3ème trimestre 2019 par rapport au 3ème trimestre 2018


A la suite de l’application des normes IFRS 11 depuis le 1er janvier 2014 et IFRS 16 depuis 1er janvier 2019, et conformément aux recommandations de l’AMF, les données opérationnelles présentées ci-dessous sont ajustées :
  • pour prendre en compte l’impact en proportionnel des sociétés sous contrôle conjoint, en ce qui concerne la norme IFRS 11,
  • pour exclure l’impact IFRS 16 sur nos contrats de location « core business » (contrats de location d’emplacements destinés à des structures publicitaires hors contrats de location immobilière et de véhicules).
Merci de vous référer au paragraphe « Données ajustées » en pages 6 et 7 de ce communiqué pour la définition de ces données ajustées ainsi que pour la réconciliation avec les données IFRS.

A l’occasion de la publication des résultats du premier semestre 2019, Jean-François Decaux, Président du Directoire et Co-Directeur Général de JCDecaux, a déclaré :
« Notre chiffre d’affaires de 1 842 millions d’euros au 1er semestre 2019 est en hausse de +12,1 % en croissance publiée, bénéficiant de l’acquisition d’APN Outdoor, et en hausse de +5,2% en croissance organique, porté par un deuxième trimestre meilleur qu’attendu avec une croissance organique de +5,1 % grâce à l’accélération de la croissance du Mobilier Urbain. Le chiffre d’affaires digital du Groupe, en hausse de +44,2 %, qui représente désormais 23,9% du chiffre d’affaires total, poursuit sa forte progression sur l’ensemble des segments : Mobilier Urbain à +26,6 %, Transport à +40,9 % et Affichage à +161,2 %. La croissance organique du Mobilier Urbain, en hausse de +5,6 %, bénéficie de la bonne performance de la France, du Reste de l’Europe, et de l’Amérique du Nord, ainsi que d’une croissance à deux chiffres en Asie‑Pacifique. Le Transport, en hausse de +8,1 %, affiche une bonne performance en Asie‑Pacifique malgré la baisse de chiffre d’affaires de nos activités dans les métros en Chine au deuxième trimestre 2019, et réalise une croissance à deux chiffres dans le Reste de l’Europe et en Amérique du Nord. La baisse du chiffre d’affaires organique de l’Affichage de -3,8 % continue d’être impactée par notre plan de réduction de notre patrimoine de grands formats traditionnels au Royaume-Uni et un manque de consolidation dans certaines géographies, alors que notre activité de grands formats digitaux continue de croître à deux chiffres.
Comme anticipé, notre marge opérationnelle totale a augmenté de +220pb à 16,6 %. L’ensemble de nos 3 activités a connu une croissance de sa marge sur la période. Le Mobilier Urbain, le Transport et l’Affichage affichent respectivement une croissance de +30pb, +500pb et +210pb. Cette amélioration de la marge reflète l’effet de levier opérationnel provenant d’une bonne croissance organique du chiffre d’affaires impacté par la digitalisation en cours de nos actifs premium et par les contrats importants gagnés au cours des 2 dernières années ainsi que par la contribution relutive d’APN Outdoor.
En ce qui concerne le troisième trimestre 2019 et compte tenu du comparable élevé de l’année dernière ainsi que le non-renouvellement du contrat national déficitaire des aéroports espagnols AENA, nous nous attendons à un chiffre d’affaires organique ajusté stable comparé au troisième trimestre 2018, en raison d’une baisse du chiffre d’affaires en Chine et désormais à Hong Kong, malgré une activité dans les aéroports en croissance. Notre présence géographique diversifiée, assez unique dans le secteur des media, permet à notre chiffre d’affaires publicitaire d’être plus résilient face à un ralentissement de l’économie mondiale.
Dans un paysage des media de plus en plus fragmenté, la communication extérieure renforce son attractivité. Avec notre exposition grandissante aux pays à plus forte croissance, le déploiement de notre portefeuille digital allié à une nouvelle plateforme de vente à l’audience alimentée en données qualitatives, notre faculté à remporter de nouveaux contrats et la qualité de nos équipes dans le monde, nous sommes convaincus que nous sommes bien positionnés pour continuer à surperformer le marché publicitaire mondial et renforcer notre position de numéro un du marché de la communication extérieure grâce à des gains profitables de parts de marchés. La solidité de notre bilan est un avantage clé qui nous permettra de continuer à saisir les opportunités de croissance externe qui se présenteront et à investir significativement en digital.
 »

CHIFFRE D’AFFAIRES AJUSTÉ
Le chiffre d’affaires ajusté du premier semestre 2019 est en hausse de +12,1 % à 1 842,3 millions d’euros contre 1 643,3 millions d’euros au premier semestre 2018. En base organique (i.e. en excluant l’impact positif lié à la variation des taux de change et l’effet positif lié aux variations de périmètre), le chiffre d’affaires ajusté est en augmentation de +5,2 %. La croissance du chiffre d’affaires publicitaire organique ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain et de supports publicitaires, est de +5,7 % au premier semestre 2019.

Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires ajusté a augmenté de +11,3 % à 1 002,3 millions d’euros, soit une croissance organique de +5,1 % par rapport au deuxième trimestre 2018. Le chiffre d’affaires publicitaire ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain et de supports publicitaires, est en hausse de +5,8 % en organique au deuxième trimestre 2019.

Chiffre d’affaires ajusté
m€S1 2019S1 2018Variation 19/18
 T1T2S1T1T2S1T1T2S1
Mobilier Urbain344,3446,3790,6337,1405,6742,7+2,1%+10,0%+6,4%
Transport368,0409,0777,0293,5365,9659,4+25,4%+11,8%+17,8%
Affichage127,7147,0274,7111,9129,3241,2+14,1%+13,7%+13,9%
Total840,01 002,31 842,3742,5900,81 643,3+13,1%+11,3%+12,1%

Croissance organique du chiffre d’affaires ajusté (a)

 
Variation 19/18
 T1T2S1
Mobilier Urbain+0,8%+9,6%+5,6%
Transport+14,5%+3,0%+8,1%
Affichage-4,6%-3,1%-3,8%
Total+5,4%+5,1%+5,2%
(a) A périmètre et taux de change constants

Chiffre d’affaires ajusté par zone géographique
m€S1 2019S1 2018Croissance publiéeCroissance organique(a)
Asie-Pacifique538,6400,2+34,6%+9,5%
Europe(b)472,9447,4+5,7%+6,1%
France300,6287,6+4,5%+4,5%
Reste du Monde208,3208,30,0%-1,7%
Royaume-Uni171,9173,2-0,8%-1,5%
Amérique du Nord150,0126,6+18,5%+10,7%
Total1 842,31 643,3+12,1%+5,2%
(a) A périmètre et taux de change constants
(b) Hors France et Royaume-Uni


Merci de noter que les commentaires ci-dessous, relatifs aux zones géographiques, concernent l’évolution du chiffre d’affaires organique.

MOBILIER URBAIN
Le chiffre d’affaires ajusté du premier semestre 2019 est en hausse de +6,4 % à 790,6 millions d’euros, +5,6 % en organique, porté par une bonne performance en France, dans le Reste de l’Europe et en Amérique du Nord ainsi que par une croissance à deux chiffres en Asie‑Pacifique. Le Royaume-Uni est en baisse, impactée par l’interdiction de la publicité pour les produits HFSS (Produits à haute teneur en graisse, en sel et en sucre) à Londres, sur les actifs de TfL.
Au premier semestre, le chiffre d’affaires publicitaire organique ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain, croît de +4,9 % comparé au premier semestre 2018.

Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires ajusté a augmenté de +10,0 % à 446,3 millions d’euros, soit une croissance organique de +9,6 % par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière. Le chiffre d’affaires publicitaire organique ajusté, hors ventes, locations et contrats d’entretien de mobilier urbain, est en hausse de +9,6 % au deuxième trimestre 2019 par rapport au deuxième trimestre 2018.

TRANSPORT
Le chiffre d’affaires ajusté du premier semestre 2019 est en hausse de +17,8 % à 777,0 millions d’euros, +8,1 % en organique, grâce à une bonne performance en Asie-Pacifique, une croissance à deux chiffres dans le Reste de l’Europe et en Amérique du Nord ; le Royaume-Uni et la France sont en croissance à un chiffre.

Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires ajusté progresse de +11,8 % à 409,0 millions d’euros, soit une croissance organique de +3,0 % par rapport au deuxième trimestre de l’année dernière, principalement en raison d’une baisse du chiffre d’affaires dans notre activité métro en Chine.

AFFICHAGE
Le chiffre d’affaires ajusté du premier semestre 2019 augmente de +13,9 % à 274,7 millions d’euros, -3,8 % en organique. La croissance reportée a bénéficié de la contribution d’APN Outdoor. En organique, l’Europe (incluant la France et le Royaume-Uni) et le Reste du Monde sont en baisse. L’Amérique du Nord est en hausse à deux chiffres.

Au deuxième trimestre, le chiffre d’affaires ajusté progresse de +13,7 % à 147,0 millions d’euros. En organique, le chiffre d’affaires ajusté baisse de -3,1 % comparé à la même période l’année dernière.

MARGE OPÉRATIONNELLE AJUSTÉE (1)
Au premier semestre 2019, la marge opérationnelle ajustée du Groupe augmente de +29,4 % à 306,4 millions d’euros contre 236,7 millions d’euros au premier semestre 2018. La marge opérationnelle ajustée représente 16,6 % du chiffre d’affaires, soit +220 points de base de plus que l’année dernière.
 
 S1 2019S1 2018Variation 19/18
 m€% du CAm€% du CAVariation (%)Taux de marge (pb)
Mobilier Urbain176,122,3%163,322,0%+7,8%+30pb
Transport107,213,8%58,28,8%+84,2%+500pb
Affichage23,18,4%15,26,3%+52,0%+210pb
Total306,416,6%236,714,4%+29,4%+220pb
Mobilier Urbain : Au premier semestre 2019, la marge opérationnelle ajustée augmente de +7,8 % à 176,1 millions d’euros. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée augmente de +30 points de base à 22,3 % par rapport au premier semestre 2018.

Transport : Au premier semestre 2019, la marge opérationnelle ajustée augmente de +84,2 % à 107,2 millions d’euros. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée augmente de +500 points de base à 13,8 % par rapport au premier semestre 2018, impactée positivement par la bonne croissance organique du chiffre d’affaires et, dans une moindre mesure, par la contribution d’APN Outdoor.

Affichage : Au premier semestre 2019, la marge opérationnelle ajustée augmente de +52,0 % à 23,1 millions d’euros. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée augmente de +210 points de base à 8,4 % par rapport au premier semestre 2018, en raison de l’effet relutif d’APN Outdoor. Retraité de la contribution d’APN Outdoor, le taux de marge baisse de -90pb reflétant la baisse du chiffre d’affaires organique.

RÉSULTAT D’EXPLOITATION AJUSTÉ (2)
Au premier semestre 2019, le résultat d’exploitation ajusté avant charges de dépréciation augmente de +58,6 %, et s’établit à 136,1 millions d’euros, contre 85,8 millions d’euros au premier semestre 2018. Il représente 7,4 % du chiffre d’affaires, soit 220 points de base de plus qu’au premier semestre 2018 (5,2 %). Pas de variation significative pour la consommation de pièces détachées de maintenance au premier semestre 2019. Les dotations aux amortissements et provisions, nettes des reprises, sont en hausse comparé à la même période l’année dernière, en ligne avec nos investissements liés aux gains de nouveaux contrats significatifs et au digital. Le montant des autres produits et charges opérationnels impacte positivement le résultat d’exploitation au premier semestre 2019.

Aucune charge de dépréciation sur le goodwill n’a été enregistrée au premier semestre 2019, comme au premier semestre 2018. Une reprise de provisions pour perte à terminaison de +3,2 millions d’euros et une dépréciation des actifs corporels et incorporels de -0,1 million d’euros ont été comptabilisées au premier semestre 2019 (une reprise de provision pour perte à terminaison de 0,7 million d’euros et une dépréciation des actifs corporels et incorporels de -0,8 million d’euros avaient été comptabilisées au premier semestre 2018).

Le résultat d’exploitation ajusté après charges de dépréciation est en hausse de +62,4 % à 139,2 millions d’euros comparé à 85,7 millions d’euros au premier semestre 2018.

RÉSULTAT FINANCIER (3)
Au premier semestre 2019, les charges d’intérêts sur la dette de loyer IFRS 16, sont de -83,3 millions d’euros contre -71,5 millions d’euros au premier semestre 2018, une variation de -11,8 millions d’euros, venant principalement d’une augmentation des dettes de loyers résultant des nouveaux contrats sécurisés au cours de la période.

Au premier semestre 2019, les autres charges financières nettes, hors IFRS 16 sont de -12,7 millions d’euros contre -11,2 millions d’euros au premier semestre 2018, une variation limitée à -1,5 million d’euros correspondant principalement à des pertes de change alors que nos charges financières baissent légèrement malgré l’augmentation de notre dette nette. Ceci est dû à l’optimisation de nos sources de financement qui nous permet de bénéficier de conditions de marché favorables.

SOCIÉTÉS MISES EN ÉQUIVALENCE
Au premier semestre 2019, le résultat des sociétés mises en équivalence est de 38,4 millions d’euros, en légère baisse par rapport au premier semestre 2018 (à 39,2 millions d’euros).

RÉSULTAT NET PART DU GROUPE
Au premier semestre 2019, le résultat net part du Groupe avant charges de dépréciation augmente de +80,8 % et s’établit à 93,1 millions d’euros, contre 51,5 millions d’euros au premier semestre 2018, dont un impact positif de 24,3 millions d’euros lié à l’application d’IFRS 16 sur notre core business, nous conduisant à une reprise de dette de loyers et de droits d’usage relatifs à des renégociations de contrats au cours de la période.

Après l’impact des charges de dépréciation, le résultat net part du Groupe augmente de +86,8 % à 96,0 millions d’euros comparé à 51,4 millions d’euros au premier semestre 2018.

INVESTISSEMENTS AJUSTÉS
Au premier semestre 2019, les investissements nets ajustés (acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des cessions) s’élèvent à 136,6 millions d’euros, comparés à 94,2 millions d’euros, en hausse par rapport à la même période l’année dernière, principalement liés aux nouveaux contrats de Mobilier Urbain en Europe ainsi qu’à la digitalisation de l’ensemble de nos activités.

CASH-FLOW DISPONIBLE AJUSTÉ (4)
Au premier semestre 2019, le cash-flow disponible ajusté est de -7,8 millions d’euros comparé à 38,4 millions d’euros au premier semestre 2018, malgré une augmentation de nos flux opérationnels. Cette baisse est principalement due à une augmentation de nos besoins en fonds de roulement venant des dettes fournisseurs et des stocks malgré une bonne gestion de nos encaissements clients et à des investissements plus élevés, comme attendu, en ligne avec les gains de contrats significatifs au cours des 2 dernières années.

DIVIDENDE
Le dividende de 0,58 euro par action au titre de l’exercice 2018, approuvé par l’Assemblée Générale des actionnaires qui s’est tenue le 16 mai 2019, a été versé le 23 mai 2019 pour un montant total de 123,4 millions d’euros.

DETTE NETTE (5)
La dette nette au 30 juin 2019 est de 1 316,2 millions d’euros comparée à une dette nette de 473,8 millions d’euros au 30 juin 2018, principalement en raison de l’acquisition d’APN Outdoor le 31 octobre 2018.

DROITS D’USAGE & DETTES DE LOYERS, IFRS 16
Les droits d’usage, IFRS 16 au 30 juin 2019 sont de 4 618,1 millions d’euros comparés à 4 518,0 millions d’euros au 31 décembre 2018, soit une hausse relative aux nouveaux contrats, contrats étendus et contrats renouvelés, partiellement compensée par l’amortissement des droits d’usage au cours de la période.

Du fait de ce renforcement de notre portefeuille de contrats, les dettes de loyers, IFRS 16 ont augmenté de 31,1 millions d’euros, passant de 5 192,9 millions d’euros au 31 décembre 2018 à 5 224,0 millions d’euros au 30 juin 2019, l’augmentation des dettes de loyers correspondant à de nouveaux contrats, des contrats étendus et des contrats renouvelés, partiellement compensée par des loyers payés et renégociés au cours de la période.

DONNÉES AJUSTÉES
La norme IFRS 11, applicable depuis le 1er janvier 2014, conduit à retenir la méthode de la mise en équivalence des sociétés sous contrôle conjoint.
La norme IFRS 16, applicable depuis le 1er janvier 2019, conduit à reconnaitre au bilan, pour les contrats de location, une dette de location pour les loyers fixes contractuels en contrepartie d’un droit d’usage à l’actif amorti sur la durée du contrat. Au compte de résultat, la charge de loyer fixe est remplacée par l’amortissement de l’actif en résultat d’exploitation, sous la marge opérationnelle, et une charge d’intérêt sur la dette de loyer en résultat financier, sous le résultat d’exploitation. La norme IFRS 16 est sans impact sur les paiements cash mais le remboursement du principal de la dette de loyer est classé en flux de financement.
Toutefois, afin de refléter la réalité opérationnelle du Groupe et la lisibilité de notre performance, les données opérationnelles du reporting de gestion opérationnelle du Groupe, sur lequel s’appuient les dirigeants pour suivre l’activité, allouer les ressources et mesurer la performance continuent :
  • D’intégrer proportionnellement les données opérationnelles des sociétés sous contrôle conjoint ;
  • D’exclure l’impact IFRS 16 sur nos contrats de location « core business » (contrats de location d’emplacements destinés à des structures publicitaires hors contrats de location immobilière et de véhicules).
Pour le compte de résultat, il s’agit de tous les agrégats jusqu’au résultat d’exploitation. Pour le tableau de flux de trésorerie, il s’agit de tous les agrégats jusqu’au cash-flow disponible.
En conséquence, conformément à IFRS 8, l’information sectorielle intégrée aux états financiers est en ligne avec cette information interne, et la communication financière externe du Groupe s’appuie donc sur cette information financière opérationnelle. L’information financière et les commentaires sont donc basés sur des données « ajustées », comparables aux données historiques, qui sont systématiquement réconciliées avec les états financiers IFRS.

Au premier semestre 2019, les impacts des normes IFRS 11 et IFRS 16 sur nos agrégats ajustés sont de :
  • -190,9 millions d’euros pour la norme IFRS 11 sur le chiffre d’affaires ajusté (-195,5 millions d’euros pour la norme IFRS 11 au premier semestre 2018) ; le chiffre d’affaires IFRS est donc de 1 651,4 millions d’euros (1 447,8 millions d’euros au premier semestre 2018).
  • -53,5 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 567,6 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur la marge opérationnelle ajustée (-53,3 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 474,0 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2018) ; la marge opérationnelle IFRS est donc de 820,5 millions d’euros (657,4 millions d’euros au premier semestre 2018).
  • -40,9 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 107,7 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le résultat d’exploitation ajusté avant charges de dépréciation (-41,2 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 58,5 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2018) ; le résultat d’exploitation avant charges de dépréciation IFRS est donc de 202,9 millions d’euros (103,1 millions d’euros au premier semestre 2018).
  • -40,9 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 107,7 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le résultat d’exploitation ajusté après charges de dépréciation (-41,2 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 58,5 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2018) ; le résultat d’exploitation après charges de dépréciation IFRS est donc de 206,0 millions d’euros (103,0 millions d’euros au premier semestre 2018).
  • 5,5 millions d’euros pour la norme IFRS 11 sur les investissements ajustés (4,4 millions d’euros pour la norme IFRS 11 au premier semestre 2018) ; les investissements IFRS sont donc de
    -131,1 millions d’euros (-89,8 millions d’euros au premier semestre 2018).
  • -1,0 million d’euros pour la norme IFRS 11 et 554,1 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le cash-flow disponible ajusté (-34,8 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 449,7 millions d’euros pour la norme IFRS 16 au premier semestre 2018) ; le cash-flow disponible IFRS est donc de 545,3 millions d’euros (453,3 millions d’euros au premier semestre 2018).

Une réconciliation complète entre les données ajustées et les données IFRS est disponible page 10 de ce communiqué.

NOTES
(1) Marge opérationnelle : Chiffre d’affaires diminué des coûts directs d’exploitation (hors pièces détachées de maintenance) et des coûts commerciaux, généraux et administratifs.
(2) Résultat d’exploitation : Marge opérationnelle diminuée des dotations aux amortissements et provisions nettes, des pertes de valeur des goodwill, des pièces détachées de maintenance et des autres charges et produits opérationnels.
(3) Résultat financier : Hors impact de charges nettes d’actualisation et de revalorisation des dettes sur engagements de rachat de minoritaires (-2,5 millions d’euros au premier semestre 2019 et -0,3 million d’euros au premier semestre 2018).
(4) Cash-flow disponible : Flux net des activités opérationnelles diminué des acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des cessions.
(5) Dette nette : Dette nette de la trésorerie gérée diminuée des découverts bancaires excluant les impacts non-cash IAS 32 (dettes sur engagements de rachat de minoritaires) et incluant les impacts non-cash IFRS 9 (sur la dette et les instruments financiers de couverture) et excluant les dettes locatives, IFRS 16.


DÉFINITION DE LA CROISSANCE ORGANIQUE
La croissance organique du Groupe correspond à la croissance du chiffre d’affaires ajusté hors effet de change et variation de périmètre. L’exercice de référence est inchangé par rapport aux données publiées, et la croissance organique est calculée en appliquant les taux de change moyens de l’exercice précédent au chiffre d’affaires de l’exercice en cours et en prenant en compte les variations de périmètre prorata temporis, mais en incluant les variations de chiffre d’affaires liés aux gains de nouveaux contrats et aux pertes de contrats précédemment en portefeuille.
 
m€ T1T2S1
     
CA ajusté 2018(a)742,5900,81 643,3
     
CA IFRS 2019(b)753,2898,21 651,4
Impacts IFRS 11(c)86,8104,1190,9
CA ajusté 2019(d) = (b) + (c)840,01 002,31 842,3
Impacts de change(e)(13,1)(9,4)(22,5)
CA ajusté 2019 aux taux de change 2018(f) = (d) + (e)826,9992,91 819,8
Variation de périmètre(g)(44,4)(46,3)(90,7)
CA organique ajusté 2019(h) = (f) + (g)782,5946,61 729,1
     
Croissance organique(i) = (h) / (a)+5,4%+5,1%+5,2%
 
m€Impact des taux de change au 30 juin 2019
  
USD(9,8)
HKD(7,1)
UAE(2,5)
GBP(1,2)
BRL1,8
Autres(3,7)
  
Total(22,5)
 
Taux de change moyenS1 2019S1 2018
   
USD0,88510,8262
HKD0,11290,1054
UAE0,24100,2248
GBP1,14461,1367
BRL0,23030,2415
 
Prochaines informations :
Chiffre d’affaires du 3ème trimestre 2019 : 7 novembre 2019 (après marché)

Déclarations de nature prévisionnelle
Ce communiqué peut contenir certaines déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Bien que la Société estime que ces déclarations reposent sur des hypothèses raisonnables à la date de publication du présent communiqué, elles sont par nature soumises à des risques et incertitudes, pouvant donner lieu à un écart entre les chiffres réels et ceux indiqués ou induits dans ces déclarations.
Ces risques et incertitudes incluent notamment les risques décrits dans le document de référence déposé par la Société auprès de l’Autorité des Marchés Financiers.
Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières de la Société peuvent obtenir copie de ce document de référence auprès de l’Autorité des Marchés Financiers sur le site web www.amf‑france.org ou directement auprès de la Société sur le site www.jcdecaux.com.
La Société n’a pas l’obligation et ne prend pas l’engagement de mettre à jour ou de réviser les déclarations de nature prévisionnelle.

RÉCONCILIATION ENTRE LES DONNÉES AJUSTÉES ET LES DONNÉES IFRS
Compte de résultatS1 2019S1 2018 (1)
m€AjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRSAjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRS
Chiffre d’affaires1 842,3(190,9)-1 651,41 643,3(195,5)-1 447,8
Charges d’exploitation nettes(1 535,9)137,4567,6(830,9)(1 406,6)142,2474,0(790,4)
Marge opérationnelle306,4(53,5)567,6820,5236,7(53,3)474,0657,4
Pièces détachées de maintenance(17,6)0,6-(17,0)(16,9)0,7-(16,2)
Amortissements et provisions (nets des reprises)(155,1)11,7(501,7)(645,1)(142,3)10,8(415,6)(547,1)
Autres produits et charges opérationnels2,40,341,844,58,30,60,19,0
Résultat d’exploitation avant charges de dépréciation136,1(40,9)107,7202,985,8(41,2)58,5103,1
Charges nettes de dépréciation (3)3,1--3,1(0,1)--(0,1)
Résultat d’exploitation après charges de dépréciation139,2(40,9)107,7206,085,7(41,2)58,5103,0
(1) Les données 2018 sont retraitées de l’application IFRS 16 applicable au 1er janvier 2019.
(2) Impact IFRS 16 sur les loyers core business des sociétés contrôlées.
(3) Y compris dépréciation de l’actif net des sociétés sous contrôle conjoint.

 
Tableau de flux de trésorerieS1 2019S1 2018 (1)
m€AjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRSAjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRS
Flux opérationnels nets des coûts de maintenance191,00,6520,7712,3170,1(18,4)435,5587,2
Variation du besoin en fonds de roulement(62,2)(7,1)33,4(35,9)(37,5)(20,8)14,2(44,1)
Flux nets des activités opérationnelles128,8(6,5)554,1676,4132,6(39,2)449,7543,1
Investissements(136,6)5,5-(131,1)(94,2)4,4-(89,8)
Cash-flow disponible(7,8)(1,0)554,1545,338,4(34,8)449,7453,3
(1) Les données 2018 sont retraitées de l’application IFRS 16 applicable au 1er janvier 2019.
(2) Impact IFRS 16 sur les loyers core business des sociétés contrôlées.