• Chiffre d’affaires ajusté en hausse de +7,5 % à 3 890,2 millions d’euros
  • Croissance du chiffre d’affaires organique ajusté en hausse de +2,0 %
  • Marge opérationnelle ajustée de 792,2 millions d’euros, en hausse de +13,2 %
  • Résultat d’exploitation ajusté, avant charges de dépréciation, de 385,2 millions d’euros, en hausse de +11,7 %
  • Résultat net part du Groupe de 265,5 millions d’euros, en hausse de +34,6 %
  • Cash-flow disponible ajusté de 169,7 millions d’euros, en hausse de +19,8 %
  • Dividende par action proposé au titre de l’exercice 2019, à 0,58 euro, en ligne avec 2018
  • Croissance du chiffre d’affaires organique ajusté attendue en baisse autour de -10 % au premier trimestre 2020

JCDecaux SA (Euronext Paris : DEC), numéro un mondial de la communication extérieure, publie ce jour ses résultats pour l’exercice clos le 31 décembre 2019. Le Conseil de surveillance de JCDecaux, qui s’est réuni le 4 mars 2020, a arrêté les comptes audités de l’exercice 2019. Un rapport avec une certification sans réserve est en cours d’émission par les Commissaires aux Comptes.
 
A la suite de l’application des normes IFRS 11 depuis le 1er janvier 2014 et IFRS 16 depuis le 1er janvier 2019, et conformément aux recommandations de l’AMF, les données opérationnelles présentées ci-dessous sont ajustées :
  • pour prendre en compte l’impact en proportionnel des sociétés sous contrôle conjoint, en ce qui concerne la norme IFRS 11,
  • pour exclure l’impact IFRS 16 sur nos contrats de location « core business » (contrats de location d’emplacements destinés à des structures publicitaires hors contrats de location immobilière et de véhicules). Merci de vous référer au paragraphe « Données ajustées » en pages 5 et 6 de ce communiqué pour la définition de ces données ajustées ainsi que pour la réconciliation avec les données IFRS.
 
Les valeurs figurant dans les tableaux sont généralement exprimées en millions d’euros. La somme des montants arrondis ou les calculs de variations peuvent présenter des écarts non significatifs par rapport aux valeurs reportées.
 
A l’occasion de la publication des résultats 2019, Jean-François Decaux, Président du Directoire et Co-Directeur Général de JCDecaux, a déclaré :
 
« JCDecaux, numéro un mondial de la communication extérieure, a réalisé en 2019 des résultats records, les meilleurs depuis notre cotation, avec un chiffre d’affaires de 3 890,2 millions d’euros, une marge opérationnelle de 792,2 millions d’euros, un résultat d’exploitation avant charges de dépréciation de 385,2 millions d’euros et un résultat net part du Groupe de 265,5 millions d’euros. Notre transformation digitale continue de tirer la croissance avec un chiffre d’affaires digital en hausse de +33,0 % comparé à 2018 qui représente désormais 25,2 % du chiffre d’affaires du Groupe. La plupart des catégories d’annonceurs sont en hausse, au premier rang desquels la Distribution, les Produits de luxe et de beauté et les Loisirs, et nous sommes très satisfaits de la diversification de notre portefeuille clients dont le Top 10 représente seulement 12,5 % de notre chiffre d’affaires Groupe.

Comme attendu, notre marge opérationnelle s’est améliorée de +110pb en 2019 aux bornes du Groupe. Notre marge opérationnelle en Mobilier Urbain au second semestre a continué de progresser, du fait d’une forte croissance organique tout au long de l’année tandis que notre marge opérationnelle en Transport a été négativement impactée par la baisse de l’activité en Asie au second semestre. Sur l’ensemble de l’année, la marge du Mobilier Urbain a augmenté de +70pb grâce à de bonnes performances principalement en France, en Amérique du Nord et en Australie. Malgré une baisse à deux chiffres du chiffre d’affaires en Asie-Pacifique au second semestre, la marge du Transport a progressé de +180pb, bénéficiant de relution de marges dans la plupart des régions. L’Affichage a connu une légère baisse de marge de -10pb, due à des conditions de marché difficiles dans certaines régions, en partie compensée par la contribution positive d’APN Outdoor et à la rationalisation et la digitalisation du Grand Format au Royaume-Uni.

Notre génération de cash-flow a crû de +19,8 % en 2019, tandis que nous poursuivions l’accélération significative de nos investissements en digital.

Compte tenu de la hausse de notre résultat net part du Groupe de +34,6 % et de notre flexibilité financière, nous recommandons le paiement d’un dividende de 0,58 euro par action, en ligne avec 2018, à l’occasion de l’Assemblée Générale qui se tiendra le 14 mai 2020.

En 2019, nous sommes restés très concentrés sur l’ESG – un levier de notre performance opérationnelle. Nous avons rejoint le RE100, une coalition internationale pour les entreprises mobilisées en faveur d’une production d’électricité 100 % renouvelable, soulignant ainsi notre engagement qui vise à couvrir 100 % de nos consommations électriques par de l’électricité d’origine renouvelable d’ici 2022. Nous avons d’ores et déjà réduit de -33 % nos émissions carbone en 2019, comparé à 2018. Nous nous réjouissons que notre leadership en matière d’ESG au sein de l’industrie de la Communication Extérieure ait été distingué, en janvier 2020, pour notre action et notre transparence en faveur du climat par notre entrée sur la prestigieuse liste A du classement établi par le Carbon Disclosure Project (CDP), organisation internationale à but non lucratif dédiée au changement climatique.

Concernant le Covid-19, notre priorité demeure la santé de nos collaborateurs et je voudrais saisir cette opportunité pour saluer le comportement exemplaire de nos équipes à travers le monde durant ces temps difficiles et notamment en Chine, avec la mise en place d’un Plan de Continuité des Affaires depuis le début de l’épidémie, le 28 janvier dernier.

Pour ce qui est du premier trimestre 2020, nous anticipons une baisse de notre chiffre d’affaires organique ajusté autour de -10%, en dépit d’une tendance commerciale positive en Mobilier Urbain, reflétant l’impact très matériel de l’épidémie de Covid-19 et prenant en compte un comparable élevé au T1 2019 pour le segment Transport. En Asie-Pacifique, notre activité a été significativement affectée depuis début février, avec une baisse très importante en Chine des passagers et commuters dans les aéroports et métros où nous opérons. Tous nos mandants en Chine reconnaissent pleinement la forte baisse d’activité qui impacte le secteur de la publicité et ont tous déjà exprimé leur intention de nous accorder des réductions de loyer.

Durant ces dernières semaines, nous avons échangé avec nos clients / annonceurs et nous les accompagnons avec des aménagements tarifaires. Il est à noter que dans le Travel Retail, la plupart de nos clients veulent conserver leurs emplacements premium et leurs engagements long-terme dans nos aéroports.

Compte tenu de l’ampleur de la perturbation liée au Covid-19, notre marge opérationnelle Groupe devrait être négativement impactée en 2020, malgré la mise en place de mesures d’ajustement de notre structure de coûts pour en atténuer l’impact, sans remettre en cause pour autant notre qualité et notre efficacité opérationnelles. Avec des mesures fortes et efficaces prises notamment par le gouvernement chinois, un rebond de la croissance économique pourrait ouvrir la voie à un redémarrage accompagné d’une reprise de la consommation et des investissements, une fois que l’épidémie sera sous contrôle.

Dans un paysage des media de plus en plus fragmenté, la communication extérieure renforce son attractivité. Avec notre portefeuille diversifié de pays et d’annonceurs, le déploiement de notre portefeuille digital allié à une nouvelle plateforme de vente à l’audience alimentée en données qualitatives, notre faculté à remporter de nouveaux contrats et la qualité de nos équipes dans le monde, nous sommes convaincus que nous sommes bien positionnés pour continuer à surperformer le marché publicitaire mondial et renforcer notre position de numéro un du marché de la communication extérieure grâce à des gains profitables de parts de marchés. La solidité de notre bilan est un avantage clé qui nous permettra de continuer à saisir les opportunités de croissance externe qui se présenteront et à investir significativement en digital.
»
 
CHIFFRE D’AFFAIRES AJUSTÉ
Comme annoncé le 30 janvier 2020, le chiffre d’affaires ajusté du Groupe pour l’année 2019 est en hausse de +7,5 % à 3 890,2 millions d’euros, avec une croissance organique de +2 %. Le chiffre d’affaires digital est en hausse de +33 %, incluant une contribution modeste mais incrémentale du programmatique, et représente désormais 25,2 % du chiffre d’affaires total. Ceci démontre clairement le succès commercial de notre stratégie digitale, que nous sommes en train de déployer dans de nouveaux marchés dans le monde. Notre portefeuille diversifié de pays est un facteur clé pour compenser la faiblesse de notre plus grand marché, la Chine, durant le second semestre, avec une forte performance aux Etats-Unis et de bons résultats commerciaux en Europe, zone qui représente toujours plus de 50 % de notre chiffre d’affaires total. Le Mobilier Urbain, avec une croissance organique de +5,3 %, est tiré par une très forte croissance du chiffre d’affaires digital de +28,6 %, représentant 21,9 % du chiffre d’affaires Mobilier Urbain. Le Transport affiche une croissance organique positive de +0,3 %, impactée au second semestre par une détérioration de nos activités en Chine, notamment à Hong Kong, partiellement compensée par une forte croissance du chiffre d’affaires digital de +26,7 %, qui représente 30,3 % du chiffre d’affaires Transport. L’Affichage enregistre une baisse de son chiffre d’affaires organique de -3,5 %, en raison de conditions de marché difficiles en France et dans le Reste du Monde, malgré l’impact positif de la rationalisation et la digitalisation de nos grands formats au Royaume-Uni et la forte croissance du chiffre d’affaires digital Affichage Groupe de +95,5 % qui représente 20,6 % du chiffre d’affaires Affichage. Le chiffre d’affaires digital Groupe reste très concentré avec 71 % venant de 5 pays (Royaume-Uni, Etats-Unis, Australie, Allemagne et Chine).
 
MARGE OPÉRATIONNELLE AJUSTÉE (1)
En 2019, la marge opérationnelle ajustée du Groupe augmente de +13,2 % à 792,2 millions d’euros contre 700,1 millions d’euros en 2018. La marge opérationnelle ajustée représente 20,4 % du chiffre d’affaires, soit +110 points de base de plus que l’année dernière.
 
 20192018Variation 19/18
 m€% du CAm€% du CAVariation (%)Taux de marge (pb)
Mobilier Urbain452,326,8%413,726,1%+9,3%+70pb
Transport265,916,2%218,414,4%+21,7%+180pb
Affichage74,113,1%68,013,2%+8,9%-10pb
Total792,220,4%700,119,3%+13,2%+110pb
Mobilier Urbain : En 2019, la marge opérationnelle ajustée augmente de +9,3 % à 452,3 millions d’euros. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée croît de +70 points de base à 26,8 % par rapport à 2018, positivement impactée par de bonnes performances commerciales principalement en France, en Amérique du Nord et en Australie, tout au long de l’année, accompagnée d’une meilleure relution de marge opérationnelle au cours du second semestre comparé au premier.
 
Transport : En 2019, la marge opérationnelle ajustée augmente de +21,7 % à 265,9 millions d’euros. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée croît de +180 points de base à 16,2 % par rapport à 2018. Malgré une baisse à deux chiffres du chiffre d’affaires en Asie-Pacifique au second semestre, la marge opérationnelle progresse, bénéficiant d’une relution de marges dans la plupart des régions.
 
Affichage : En 2019, la marge opérationnelle ajustée augmente de +8,9 % à 74,1 millions d’euros. En pourcentage du chiffre d’affaires, la marge opérationnelle ajustée baisse de -10 points de base à 13,1 % par rapport à 2018, malgré la contribution relutive d’APN Outdoor.
 
RÉSULTAT D’EXPLOITATION AJUSTÉ (2)
En 2019, le résultat d’exploitation ajusté avant charges de dépréciation augmente de +11,7 %, et s’établit à 385,2 millions d’euros, contre 345,0 millions d’euros en 2018. Il représente 9,9 % du chiffre d’affaires, soit 40 points de base de plus qu’en 2018 (9,5 %). La consommation de pièces détachées de maintenance a augmenté de 3,9 millions d’euros à 41,6 millions d’euros en 2019, essentiellement liée à la France. Les dotations aux amortissements et provisions, nettes des reprises, sont en hausse comparées à l’année dernière, en ligne avec nos investissements liés aux gains de nouveaux contrats significatifs et au digital, et prenant en compte le traitement comptable de l’acquisition d’APN Outdoor pour 29,6 millions d’euros. Le montant des autres produits et charges opérationnels impacte négativement le résultat d’exploitation en 2019.
 
Une charge de dépréciation sur le goodwill de 10,0 millions d’euros a été enregistrée en 2019, contre 1,4 million d’euros en 2018. Une reprise nette de provisions pour perte à terminaison de +1,0 million d’euros, une dépréciation nette des actifs corporels et incorporels de 2,0 millions d’euros et une reprise de l’actif net des sociétés en contrôle conjoint pour +10,7 millions d’euros ont été comptabilisées en 2019 (une reprise nette de provisions pour perte à terminaison de 0,6 million d’euros et une reprise nette de dépréciation des actifs corporels et incorporels de 8,4 millions d’euros avaient été comptabilisées en 2018).
 
Le résultat d’exploitation ajusté après charges de dépréciation est en hausse de +9,2 % à 384,9 millions d’euros comparé à 352,6 millions d’euros en 2018.
 
RÉSULTAT FINANCIER (3)
En 2019, les charges d’intérêts sur la dette de loyer IFRS 16, sont de -152,0 millions d’euros contre -152,2 millions d’euros en 2018.
 
En 2019, les autres charges financières nettes, hors IFRS 16, sont de -24,4 millions d’euros contre -25,1 millions d’euros en 2018.
 
SOCIÉTÉS MISES EN ÉQUIVALENCE
En 2019, la quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence est de 102,0 millions d’euros, en légère hausse par rapport à 2018 (à 99,5 millions d’euros).
 
RÉSULTAT NET PART DU GROUPE
En 2019, le résultat net part du Groupe avant charges de dépréciation augmente de +37,1 % et s’établit à 267,3 millions d’euros, contre 195,0 millions d’euros en 2018, dont un impact positif exceptionnel de 35,7 millions d’euros lié à l’application d’IFRS 16 sur notre core business, nous conduisant à une reprise de dette de loyers et de droits d’utilisation relatifs à des renégociations de contrats au cours de la période.
 
Après l’impact des charges de dépréciation, le résultat net part du Groupe augmente de +34,6 % à 265,5 millions d’euros comparé à 197,2 millions d’euros en 2018.
 
INVESTISSEMENTS AJUSTÉS
En 2019, les investissements nets ajustés (acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des cessions) s’élèvent à 375,4 millions d’euros, comparés à 286,4 millions d’euros, en hausse par rapport à l’année dernière, principalement liés aux nouveaux contrats de Mobilier Urbain en Europe ainsi qu’à la digitalisation de l’ensemble de nos activités.
 
CASH-FLOW DISPONIBLE AJUSTÉ (4)
En 2019, le cash-flow disponible ajusté est de 169,7 millions d’euros comparé à 141,7 millions d’euros en 2018. La hausse est principalement liée à une augmentation de nos flux opérationnels, à une amélioration du besoin en fonds de roulement grâce à une bonne gestion de nos encaissements clients et de nos stocks malgré des investissements plus élevés, comme attendu, en ligne avec les gains de contrats significatifs au cours des 2 dernières années.
 
DIVIDENDE
Lors de l’Assemblée Générale des Actionnaires qui se tiendra le 14 mai 2020, le Conseil de Surveillance recommandera le paiement d’un dividende de 0,58 euro par action au titre de l’exercice 2019, en ligne avec 2018.
 
DETTE NETTE (5)
La dette nette au 31 décembre 2019 est de 1 125,0 millions d’euros, comparée à une dette nette de 1 179,9 millions d’euros au 31 décembre 2018.
 
DROITS D’UTILISATION & DETTES DE LOYERS, IFRS 16
Les droits d’utilisation, IFRS 16 au 31 décembre 2019 sont de 3 958,5 millions d’euros comparés à 4 498,1 millions d’euros au 31 décembre 2018, soit une baisse relative à l’amortissement des droits d’utilisation au cours de la période et aux renégociations de contrats, partiellement compensée par de nouveaux contrats, des contrats étendus et des contrats renouvelés.
 
Les dettes de loyers, IFRS 16 ont diminué de 589,6 millions d’euros, passant de 5 186,1 millions d’euros au 31 décembre 2018 à 4 596,5 millions d’euros au 31 décembre 2019, la baisse des dettes de loyers correspondant à des loyers payés et renégociés au cours de la période, partiellement compensée par de nouveaux contrats, des contrats étendus et des contrats renouvelés.

DONNÉES AJUSTÉES
La norme IFRS 11, applicable depuis le 1er janvier 2014, conduit à retenir la méthode de la mise en équivalence des sociétés sous contrôle conjoint.
La norme IFRS 16, applicable depuis le 1er janvier 2019, conduit à reconnaitre au bilan, pour les contrats de location, une dette de location pour les loyers fixes contractuels en contrepartie d’un droit d’utilisation à l’actif amorti sur la durée du contrat. Au compte de résultat, la charge de loyer fixe est remplacée par l’amortissement de l’actif en résultat d’exploitation, sous la marge opérationnelle, et une charge d’intérêt sur la dette de loyer en résultat financier, sous le résultat d’exploitation. La norme IFRS 16 est sans impact sur les paiements cash mais le remboursement du principal de la dette de loyer est classé en flux de financement.
Toutefois, afin de refléter la réalité opérationnelle du Groupe et la lisibilité de notre performance, les données opérationnelles du reporting de gestion opérationnelle du Groupe, sur lequel s’appuient les dirigeants pour suivre l’activité, allouer les ressources et mesurer la performance continuent :
  • D’intégrer proportionnellement les données opérationnelles des sociétés sous contrôle conjoint ;
  • D’exclure l’impact IFRS 16 sur nos contrats de location « core business » (contrats de location d’emplacements destinés à des structures publicitaires hors contrats de location immobilière et de véhicules). Pour le compte de résultat, il s’agit de tous les agrégats jusqu’au résultat d’exploitation. Pour le tableau de flux de trésorerie, il s’agit de tous les agrégats jusqu’au cash-flow disponible. En conséquence, conformément à IFRS 8, l’information sectorielle intégrée aux états financiers est en ligne avec cette information interne, et la communication financière externe du Groupe s’appuie donc sur cette information financière opérationnelle. L’information financière et les commentaires sont donc basés sur des données « ajustées », comparables aux données historiques, qui sont systématiquement réconciliées avec les états financiers IFRS.
 
En 2019, les impacts des normes IFRS 11 et IFRS 16 sur nos agrégats ajustés sont de :
  • 402,5 millions d’euros pour la norme IFRS 11 sur le chiffre d’affaires ajusté (-437,1 millions d’euros pour la norme IFRS 11 en 2018) ; le chiffre d’affaires IFRS est donc de 3 487,6 millions d’euros (3 181,4 millions d’euros en 2018).
  • 123,8 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 1 045,8 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur la marge opérationnelle ajustée (-133,8 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 967,1 millions d’euros pour la norme IFRS 16 en 2018) ; la marge opérationnelle IFRS est donc de 1 714,2 millions d’euros (1 533,4 millions d’euros en 2018).
  • 98,7 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 185,0 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le résultat d’exploitation ajusté avant charges de dépréciation (-109,3 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 106,4 millions d’euros pour la norme IFRS 16 en 2018) ; le résultat d’exploitation avant charges de dépréciation IFRS est donc de 471,6 millions d’euros (342,1 millions d’euros en 2018).
  • 109,4 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 185,0 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le résultat d’exploitation ajusté après charges de dépréciation (-109,3 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 106,4 millions d’euros pour la norme IFRS 16 en 2018) ; le résultat d’exploitation après charges de dépréciation IFRS est donc de 460,6 millions d’euros (349,8 millions d’euros en 2018).
  • 15,1 millions d’euros pour la norme IFRS 11 sur les investissements ajustés (14,3 millions d’euros pour la norme IFRS 11 en 2018) ; les investissements IFRS sont donc de  -360,3 millions d’euros (-272,1 millions d’euros en 2018).
  • 19,9 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 949,5 millions d’euros pour la norme IFRS 16 sur le cash-flow disponible ajusté (-21,8 millions d’euros pour la norme IFRS 11 et 849,1 millions d’euros pour la norme IFRS 16 en 2018) ; le cash-flow disponible IFRS est donc de 1 139,1 millions d’euros (969,0 millions d’euros en 2018).
 
Une réconciliation complète entre les données ajustées et les données IFRS est disponible page 9 de ce communiqué.

NOTES
(1) Marge opérationnelle : Chiffre d’affaires diminué des coûts directs d’exploitation (hors pièces détachées de maintenance) et des coûts commerciaux, généraux et administratifs.
(2) Résultat d’exploitation : Marge opérationnelle diminuée des dotations aux amortissements et provisions nettes, des pertes de valeur des goodwill, des pièces détachées de maintenance et des autres charges et produits opérationnels.
(3) Résultat financier : Hors impact de charges nettes d’actualisation et de revalorisation des dettes sur engagements de rachat de minoritaires (-12,0 millions d’euros en 2019 et -1,8 million d’euros en 2018).
(4) Cash-flow disponible : Flux net des activités opérationnelles diminué des acquisitions d’immobilisations corporelles et incorporelles, nettes des cessions.
(5) Dette nette : Dette nette de la trésorerie gérée diminuée des découverts bancaires excluant les impacts non-cash IAS 32 (dettes sur engagements de rachat de minoritaires) et incluant les impacts non-cash IFRS 9 (sur la dette et les instruments financiers de couverture) et excluant les dettes locatives, IFRS 16.

 
DÉFINITION DE LA CROISSANCE ORGANIQUE
La croissance organique du Groupe correspond à la croissance du chiffre d’affaires ajusté hors effet de change et variation de périmètre. L’exercice de référence est inchangé par rapport aux données publiées, et la croissance organique est calculée en appliquant les taux de change moyens de l’exercice précédent au chiffre d’affaires de l’exercice en cours et en prenant en compte les variations de périmètre prorata temporis, mais en incluant les variations de chiffre d’affaires liés aux gains de nouveaux contrats et aux pertes de contrats précédemment en portefeuille.

Prochaines informations :
Chiffre d’affaires du 1er trimestre 2020 : 12 mai 2020 (après marché) Assemblée Générale des Actionnaires : 14 mai 2020

Déclarations de nature prévisionnelle
Ce communiqué peut contenir certaines déclarations de nature prévisionnelle. Ces déclarations ne sont pas des garanties quant à la performance future de la Société. Bien que la Société estime que ces déclarations reposent sur des hypothèses raisonnables à la date de publication du présent communiqué, elles sont par nature soumises à des risques et incertitudes, pouvant donner lieu à un écart entre les chiffres réels et ceux indiqués ou induits dans ces déclarations.
Ces risques et incertitudes incluent notamment les risques décrits dans le document de référence déposé par la Société auprès de l’Autorité des Marchés Financiers.
Les investisseurs et les détenteurs de valeurs mobilières de la Société peuvent obtenir copie de ce document de référence auprès de l’Autorité des Marchés Financiers sur le site web www.amf‑france.org ou directement auprès de la Société sur le site www.jcdecaux.com.
La Société n’a pas l’obligation et ne prend pas l’engagement de mettre à jour ou de réviser les déclarations de nature prévisionnelle.

 
m€ T1T2T3T4Année
       
CA ajusté 2018(a)742,5900,8867,71 107,53 618,5
       
CA IFRS 2019(b)753,2898,2832,11 004,13 487,6
Impacts IFRS 11(c)86,8104,193,7118,0402,5
CA ajusté 2019(d) = (b) + (c)840,01 002,3925,81 122,03 890,2
Impacts de change(e)(13,1)(9,4)(10,9)(12,3)(45,7)
CA ajusté 2019 aux taux de change 2018(f) = (d) + (e)826,9992,9914,91 109,83 844,5
Variation de périmètre(g)(44,4)(46,3)(46,2)(18,4)(155,3)
CA organique ajusté 2019(h) = (f) + (g)782,5946,6868,71 091,43 689,2
       
Croissance organique(i) = (h) / (a)+5,4%+5,1%+0,1%-1,5%+2,0%
 
m€Impact des taux de change au 31 décembre 2019
  
USD(17,3)
HKD(11,3)
UAE(4,2)
RMB(4,2)
Autres(8,7)
  
Total(45,7)
 
Taux de change moyen20192018
   
USD0,89330,8468
HKD0,11400,1080
UAE0,24310,2304
RMB0,12930,1281
RÉCONCILIATION ENTRE LES DONNÉES AJUSTÉES ET LES DONNÉES IFRS
 
Compte de résultat20192018 (1)
m€AjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRSAjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRS
Chiffre d’affaires3 890,2(402,5)-3 487,63 618,5(437,1)-3 181,4
Charges d’exploitation nettes(3 098,0)278,71 045,8(1 773,5)(2 918,4)303,3967,1(1 648,0)
Marge opérationnelle792,2(123,8)1 045,81 714,2700,1(133,8)967,11 533,4
Pièces détachées de maintenance(41,6)1,1-(40,5)(37,7)1,1-(36,6)
Amortissements et provisions (nets des reprises)(358,1)23,5(923,9)(1 258,6)(312,2)22,1(861,6)(1 151,6)
Autres produits et charges opérationnels(7,2)0,563,156,4(5,2)1,30,8(3,1)
Résultat d’exploitation avant charges de dépréciation385,2(98,7)185,0471,6345,0(109,3)106,4342,1
Charges nettes de dépréciation (3)(0,3)(10,7)-(11,0)7,6--7,6
Résultat d’exploitation après charges de dépréciation384,9(109,4)185,0460,6352,6(109,3)106,4349,8
(1) Les données 2018 sont retraitées de l’application d’IFRS 16 applicable au 1er janvier 2019.
(2) Impact IFRS 16 sur les loyers core et non-core business des sociétés contrôlées.
(3) Y compris dépréciation de l’actif net des sociétés sous contrôle conjoint.

 
Tableau de flux de trésorerie20192018 (1)
m€AjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRSAjustéImpact des sociétés sous contrôle conjointImpact IFRS 16 des sociétés contrôlées (2)IFRS
Flux opérationnels nets des coûts de maintenance550,8(4,9)947,31 493,2503,4(27,0)869,01 345,4
Variation du besoin en fonds de roulement(5,8)9,72,26,2(75,3)(9,1)(19,9)(104,3)
Flux nets des activités opérationnelles545,14,8949,51 499,4428,1(36,1)849,11 241,1
Investissements(375,4)15,1-(360,3)(286,4)14,3-(272,1)
Cash-flow disponible169,719,9949,51 139,1141,7(21,8)849,1969,0
(1) Les données 2018 sont retraitées de l’application d’IFRS 16 applicable au 1er janvier 2019.
(2) Impact IFRS 16 sur les loyers core et non-core business des sociétés contrôlées.